Togo/Agriculture: L’ONG Les Amis de la Terre-Togo opte pour l’agroécologie

Julien EVEGNON
By Julien EVEGNON 3 Min Read

Togo/Agriculture: L’ONG Les Amis de la Terre-Togo opte pour l’agroécologie

Par la rédaction

L’agriculture togolaise est en proie à beaucoup de défis. Il s’agit entre autres de la dégradation des sols, la faible productivité, la dépendance excessive vis-à-vis des intrants chimiques et les effets du changement climatique. C’est fort de cela que l’ONG Les Amis de la Terre-Togo(ADT) a rassemblé les acteurs des secteurs rural et agricole autour d’un atelier d’échanges ce vendredi 12 avril à Lomé. Objectif de la rencontre: faire la promotion de l’agroécologie, en vue d’une agriculture centrée sur les personnes.

L’agriculture moderne tournée vers les pesticides et les pratiques industrielles n’est pas propice à la bonne santé des populations encore moins aux différents écosystèmes.

Toutes les parties prenantes du secteur agricole ont répondu à l’appel de l’ONG ADT en vue de réfléchir sur les solutions pratiques devant booster le secteur agricole togolais.

‘‘L’Agroécologie exige que les communautés locales, les agriculteurs, mettent en pratique les systèmes culturaux que nos aïeux avaient utilisés et qui ont donné de bons résultats sans faire du tort aux différents écosystèmes. L’agroécologie est pour nous la meilleure solution pour booster l’agriculture togolaise et faire face aux nombreux défis qui se dressent devant ce secteur’’, a expliqué Cécile Missiaménou, chargée du programme souveraineté alimentaire chez Les Amis de la Terre-Togo.

Rémi Afoutou, Président de l’ONG Les Amis de la Terre-Togo abonde dans le même sens: ‘‘En adoptant l’agroécologie, nous investissons dans un avenir où les agriculteurs sont les gardiens de la terre, où la souveraineté alimentaire est renforcée et où les communautés rurales prospèrent grâce à des systèmes alimentaires durables et équitables. L’humain au centre de l’agriculture pour réussir la transition vers l’agroécologie. Cela implique de donner aux agriculteurs les moyens et les connaissances nécessaires pour adopter des pratiques durables. Il faut également renforcer les liens entre les producteurs et les consommateurs, et créer des systèmes alimentaires plus justes et plus équitables’’.

Pour rappel, le secteur agricole togolais emploie près de 65% de la population active et participe énormément au PIB du pays. L’économie togolaise étant essentiellement tournée vers le secteur primaire.

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *