Togo/ Des membres de la DMK dont Paul Missiagbeto arrêtés

Nous disons à l'heure actuelle, là où nous sommes arrivés, il ne doit pas y avoir d'élection dans ce pays parce que le Togo est dans un vide constitutionnel depuis le 31 décembre 2023.

Julien EVEGNON
By Julien EVEGNON 3 Min Read

Par la rédaction

L’information a été confirmée par une source proche de la Dynamique Monseigneur Kpodzro(DMK). Alors qu’ils étaient en train de distribuer des tracts au marché d’Akodessewa, sensibilisant leurs militants sur le processus électoral, le coordinateur Paul Missiagbeto ainsi que 8 autres collaborateurs ont été mis aux arrêts et conduits plus tard au SCRIC.

Très tôt, les forces de l’ordre et de sécurité avaient bouclé les lieux qui devraient abriter la manifestation non déclarée de la DMK. Et avant de se déployer sur le terrain Paul Missiagbeto dans une interview qu’il a accordée à Plume d’Afrique, décline ainsi les mobiles de cette manifestation.

Il est question de la modification de la constitution et de l’arrêt immédiat du processus électoral. Il n’est pas question de dire on participe ou on ne participe pas. Nous disons à l’heure actuelle, là où nous sommes arrivés, il ne doit pas y avoir d’élection dans ce pays parce que le Togo est dans un vide constitutionnel depuis le 31 décembre 2023. Et donc à partir de cet instant-là, l’Assemblée nationale n’est plus légale. Le gouvernement, qui tire sa légitimité de l’Assemblée nationale, n’est pas légal non plus. Donc quand un pays est tombé dans un vide constitutionnel, il y a des processus, il y a des démarches que l’autorité doit faire pour appeler tous les acteurs politiques et de la société civile de façon inclusive pour qu’on puisse organiser les choses”, explique le coordinateur de la DMK.

En ce qui concerne la modification de la constitution, le coordinateur de la DMK estime : 

Nous disons que la loi qui a été votée doit être retirée purement, simplement. Aujourd’hui, la DMK, avec l’urgence républicaine, organise une série de manifestations. Nous avons organisé une manifestation au niveau du marché d’Akodessewa. Nous allons continuer toujours à manifester. Faure Gnassingbé est obligé de revenir en arrière. Il ne peut pas continuer par le forcing. Nous allons mener des actions sur tout le territoire. Ils bloquent nos appareils, ils ne bloquent pas nos appareils. Nous, nous continuons notre combat”. 

Quelques minutes plus tard, c’est sur le terrain en pleine distribution de tracts qu’il aurait été cueilli ainsi que 8 autres de ses collaborateurs à savoir : Mme Amouzou, Mme Véronique Batale, Espoir Togbonou, Silvère Sodjavi, Obi Wolou, Désiré Soussoukpo, Louis Adjossou, Douti Kolani. On apprend qu’ils sont transférés au SCRIC où aucune visite pour l’instant n’est autorisée.

En rappel, les élections législatives et régionales prévues initialement pour le 20 avril 2024 sont reportées à une date ultérieure. Décision du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé ce mercredi 03 avril à quelques encablures de l’ouverture de la campagne électorale

Share This Article
Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *